AccueilLe tournoiStatistiquesNos dossiersGaleries photosPodcastForumBlogs  
Mondial 2006 Nos dossiers
Les analyses
Une Espagne royale place l'Ukraine à l'ombre (analyse) (14/06/2006)
ANALYSE

Dernier des 6 "débutants" à entrer en compétition, l'Ukraine n'a pas fait le poids ! Après les défaites de la côte d'Ivoire, de l'Angola, du Ghana et du Togo... Au tour des Ukrainiens de connaître une rencontre d'ouverture difficile. Seul rescapé du naufrage, Trinité-et-Tobago et un 0-0 à 10 contre 11 face à la Suède.

La jeunesse prend le pouvoir en Espagne et elle est bien entourée ! Luis Aragones (67 ans) n'a pas de temps à perdre. Il a deux jeunes attaquants de classe internationale et en forme: il les fait jouer. Exit l'emblématique Raul (pour l'instant). Un homme de grand standing sur le banc pour tout un groupe concerné.

Et quelle vivacité d'entrée ! Fernando Torres (22 ans) et David Villa (24 ans) sont de toutes les actions. Ils sont toujours disponibles, toujours en mouvement et leur capacité technique permet une conservation de la balle si une temporisation s'avère nécessaire. Et quelle force de pénétration également ! Ils partagent leurs qualités mais n'ont besoin de personne pour se sentir heureux dans le rectangle adverse.

L'Espagne a le match en main et le ballon dans les pieds.
Deux buts marqués en 17 minutes de jeu, 53pc de possession de balle et 7 corners à zéro en première mi-temps. L'Espagne est royale en ce début de Mondial.

L'Ukraine place dès le départ un dispositif pour jouer le contre. Mais elle joue long, trop long et la défense espagnole est bien alignée. Une fois mené au score il faut réagir et changer le scénario prévu. Jamais facile en cours de rencontre.

L'Espagne est de toutes les directions. Au Nord veillent les Casillas et autres Puyol et Pablo Ibanez. Au Sud il y a le feu avec Fernando Torres et Villa. L'Est est géré de main de maître par le débutant Pernia et le routiné Luis Garcia. Du côté de l'Ouest, le jeune talent de Sergio Ramos (20 ans mais 85pc de temps de jeu avec le Real cette saison) s'exprime à merveille grâce au formidable travail également de Marcos Senna.

A la barre, deux joueurs pour mettre l'ensemble à niveau: Xabi Alonso (24 ans) et Xabi (26). Cette équipe a de l'avenir !

Chaque cellule de l'équipe fonctionne en harmonie avec l'ensemble. C'est un gage de bonne santé et le rectangle adverse se transforme en véritable laboratoire de recherche. Un bout de gazon pour de nouvelles conquêtes ? ... C'est presque émouvant.

C'est joli une Coupe du monde avec une Espagne en forme.
C'est une équipe difficile à maîtriser à onze contre onze.
Alors à dix...?

De notre consultant

Bruno Taverne

Dans ce dossier
Allemagne Angleterre Angola Arabie Saoudite Argentine Australie Brésil Costa Rica Croatie Côte d'Ivoire Equateur Espagne Etats-Unis France Ghana Iran
Italie Japon Mexique Paraguay Pays-Bas Pologne Portugal République de Corée République Tchèque Serbie et Monténégro Suisse Suède Togo Trinidad et Tobago Tunisie Ukraine
© 2006 SAIPM - DHNet.be - Contactez-nous : dhnet@saipm.com
Crédits photos : Photo News, EPA, Belga, DH, AP
Ce site est protégé par le droit d'auteurs Ce site est protégé
par le droit d'auteurs