AccueilLe tournoiStatistiquesNos dossiersGaleries photosPodcastForumBlogs  
Mondial 2006 Nos dossiers
Les analyses
David Beckham et le calme (analyse) (10/06/2006)
ANALYSE

L'équipe d'Angleterre et son entraîneur en particulier ont connu quelques périodes mouvementées durant la période de préparation de cette Coupe du Monde. Sven-Goran Eriksson, le mal aimé, a été contraint d'annoncer qu'il ne serait plus le sélectionneur de l'équipe après la compétition. Le premier coach étranger de la sélection anglaise déclare avec un humour très "British" que pour lui le plus important aujourd'hui est de finir son "impossible job" en vie... Et avec un titre de champion du monde à la clef.

Passons rapidement sur le traumatisme lié à l'absence pour blessure de Wayne Rooney et aux discussions techniques relatives à la complémentarité entre Steven Gerrard et Frank Lampard. L'Angleterre se déplace en Allemagne avec ce bagage là mais aussi en compagnie de miliers de fans capable du meilleur comme du pire... Et de femmes de joueurs en mode exhibition pour assurer la couverture des magazines people et entretenir le moral des troupes.
Quelle affaire! Cette industrie là pèse vraiment lourd et épuise les nerfs.

Mais sur la pelouse, c'est le calme plat en ce début de Mondial pour les Anglais! La présence de l'immense Peter Crouch à l'avant pour permettre à Michael Owen de jouer face au but pose beaucoup de problèmes aux défenseurs adverses. C'était prévu!

Attendu par tous également: les phases arrêtées, avec un ballon enveloppé par le pied droit magique de David Beckham.
Là aussi, le programme est respecté à la perfection jusqu'à présent. Face à un adversaire légérement mis KO en entrée, les Anglais pensent surtout à gérer les événements dans le calme. Dans ce registre, le rôle de David Beckham semble essentiel. En pleine maturité sportive et en quête de revanche dans une grande compétition, le joueur du Real reste sur une saison au goût amer (3 buts pour 10 assists en Liga et... aucun titre). Il sait que c'est probablement sa dernière chance de soulever un prestigieux trophée et de rentrer dans l'histoire 40 ans après Bobby Moore. Avec le sourire, sans hausser le ton ni le rythme il fait très bien passer le message à son groupe et à toute la planète foot. Beckham et le calme ? C'est déjà cela de gagné !

De notre consultant



Bruno Taverne

Dans ce dossier
Allemagne Angleterre Angola Arabie Saoudite Argentine Australie Brésil Costa Rica Croatie Côte d'Ivoire Equateur Espagne Etats-Unis France Ghana Iran
Italie Japon Mexique Paraguay Pays-Bas Pologne Portugal République de Corée République Tchèque Serbie et Monténégro Suisse Suède Togo Trinidad et Tobago Tunisie Ukraine
© 2006 SAIPM - DHNet.be - Contactez-nous : dhnet@saipm.com
Crédits photos : Photo News, EPA, Belga, DH, AP
Ce site est protégé par le droit d'auteurs Ce site est protégé
par le droit d'auteurs