AccueilLe tournoiStatistiquesNos dossiersGaleries photosPodcastForumBlogs  
Mondial 2006 Nos dossiers
Les analyses
Le bon, la brute et le Bouffon ! (analyse) (26/06/2006)
ANALYSE

L'Italie affronte l'Australie pour une place en quart de finale d'une coupe du Monde. C'est un moment important pour tous ceux qui aiment le jeu.

A la mi-temps les stats nous offrent 11 fautes de chaque côté et aucun corner obtenu par les Australiens. Mais l'information capitale à ce moment de la rencontre est la présence sur la pelouse de... 11 joueurs de part et d'autre. Monsieur Luis Medina Cantalejo ne s'est pas endormi mais il attend son quart d'heure pour dégainer.
Le corps arbitral se livre actuellement à un véritable complot contre le jeu. L'ego de certains personnages en noir veut absolument prendre le dessus sur l'événement. Et cela, jusqu'à l'écoeurement !

L'arbitre se doit d'être le garant du jeu, il n'en est pas le bouffon !

Il devient difficile d'aimer encore le spectacle produit dans cette compétition. Il y avait les matches truqués, aujourd'hui ce sont des rencontres faussées.

L'Australie doit sa place à ce niveau de la compétition à une erreur d'arbitrage ! Le but de Kewell face à la Croatie est entaché d'une position de hors-jeu. Ce soir là, l'arbitre de la rencontre s'appelle Graham Poll... Cet arbitre de très haut niveau commet plusieurs erreurs de jugement. L'une d'elles mettra sans doute fin à sa carrière internationale... Difficile d'offrir trois jaunes à un joueur avant de l'exclure.

Marcello Lippi commence la rencontre avec Totti, Camoranesi et Inzaghi sur le banc. Alessandro Del Piero peut débuter et ses premiers ballons sont tous de qualités. La finition fait pourtant défaut et Schwarzer a le réflexe décisif.

Marco Materazzi n'est pas le joueur le plus tendre du Calcio. C'est une évidence et il collectionne les cartons de toutes les couleurs. Il est exclu 5 minutes après la pause... Geste trop sévère de l'arbitre mais ce rouge ne fera pas tache sur la carte de visite du défenseur de l'Inter. Il en a vu d'autres !

Réduite à dix, l'équipe italienne n'offre plus rien. Ce n'était pas le cas du Portugal, la veille, face aux Pays-Bas. Elle choisit de ne penser qu'à défendre car elle connaît les problèmes offensifs de son adversaire. Guus Hiddink est privé d'Harry Kewell, blessé. C'est le seul joueur de la sélection à avoir une course dangereuse balle au pied.

Dans l'arrière garde italienne, un homme fait aussi le ménage. Gianluigi Buffon est toujours à la bonne place et d'une décontraction déconcertante. C'est un élément clef qui donne confiance à l'ensemble.

Le but en or ne tombe pas pour les Australiens ! Et c'est bien aux tirs au but que cette rencontre va se décider. Les prolongations se terminent et c'est Francesco Totti qui, le premier, place la balle aux onze mètres.
Il tire et marque !

L'arbitre choisit ce moment pour arrêter la rencontre sous les huées de la foule ! Cherchez l'erreur...

De notre consultant

Bruno Taverne

Dans ce dossier
Allemagne Angleterre Angola Arabie Saoudite Argentine Australie Brésil Costa Rica Croatie Côte d'Ivoire Equateur Espagne Etats-Unis France Ghana Iran
Italie Japon Mexique Paraguay Pays-Bas Pologne Portugal République de Corée République Tchèque Serbie et Monténégro Suisse Suède Togo Trinidad et Tobago Tunisie Ukraine
© 2006 SAIPM - DHNet.be - Contactez-nous : dhnet@saipm.com
Crédits photos : Photo News, EPA, Belga, DH, AP
Ce site est protégé par le droit d'auteurs Ce site est protégé
par le droit d'auteurs