AccueilLe tournoiStatistiquesNos dossiersGaleries photosPodcastForumBlogs  
Mondial 2006 Match
Italie - France le match en détail
C'est parti pour le show!
Découvrez les clés tactiques du match
Pour la France, Animation offensive: Les Bleus ne jouent qu'avec un attaquant de métier, Thierry Henry, chargé de couvrir tout le front offensif, avec un Zidane très proche de lui en soutien. L'animation des couloirs est confiée à Franck Ribéry, à droite, et Florent Malouda, à gauche, dont la vitesse est un réel atout même s'ils ont parfois trop tendance à chercher systématiquement leur N.10. Mais le vrai +plus+ est souvent venu de Patrick Vieira, capable de se propulser très rapidement vers l'avant pour venir créer le surnombre devant.

Animation défensive: C'est le point fort d'une équipe où tous les joueurs montrent une application totale à défendre, y compris Zidane et Henry. Non contents de s'appuyer sur quatre défenseurs intraitables, si on excepte peut-être le but encaissé contre la Corée du Sud (1-1) au 1er tour, avec notamment de grands Thuram et Sagnol, les Bleus se replient très vite et ensemble. A la récupération, le duo Makelele-Vieira, sur courant alternatif en début de tournoi, est désormais au top. Barthez est au diapason: il n'a pas raté les rares arrêts qu'il a eu à faire.

Banc: Les Bleus n'ont pas eu, jusqu'ici, à puiser dans leur banc, reposant sur une équipe quasi-inchangée depuis le début. Seules les suspensions d'Abidal et de Zidane contre le Togo ont permis à Silvestre et Trezeguet de connaître les joies d'une titularisation, alors que Ribéry a relégué Wiltord sur le banc. S'il n'y a pas de pépin physique, Trezeguet, Dhorasoo ou Wiltord devraient encore être sur le banc dimanche. Raymond Domenech, qui estime que ne pas changer de joueurs, c'est aussi du "coaching", a pris l'habitude de simplement remplacer trois joueurs offensifs en fin de match (en général Govou, Saha et Wiltord à la place de Ribéry, Henry et Malouda), ne voulant pas déséquilibrer le bloc défensif. Saha étant suspendu, Domenech pourrait être tenté d'utiliser l'arme psychologique Trezeguet, redouté par les Italiens, si les choses tournent mal.

Sélectionneur: Raymond Domenech n'est pas un grand interventionniste. Il met la meilleure équipe au coup d'envoi et se contente ensuite de rééquilibrer. Les résultats des Bleus lui ont donné raison jusqu'ici. Il n'y a aucune raison qu'il change aujourd'hui de philosophie. Autrefois sanguin, l'homme qui passe la majeure partie des matches debout devant son banc a montré une belle retenue quand le banc portugais, Luiz Felipe Scolari en tête, l'a invectivé, ne lui jetant pas un regard. A l'image de son équipe, il est serein. Pour son premier tournoi à la tête des A, c'est un succès.

Pour l'Italie, l'Animation offensive: Comme la France, l'Italie joue avec un seul vrai attaquant en pointe: Luca Toni. Imposant physiquement, il joue souvent dos au but pour remettre le ballon en retrait à ses milieux de terrain mais peut aussi être lancé plein axe. Face à des défenses jouant bien le hors-jeu (l'Allemagne par exemple), il est souvent pris en défaut. En fait le vrai danger italien vient du milieu de terrain et des défenseurs. Totti et Pirlo, tous deux excellents techniquement (même si le Romain n'a pas vraiment brillé lors de ce Mondial), organisent le jeu italien, le ralentissant ou l'accélérant selon les besoins. Attention également aux montées sur la gauche de Grosso, auteur d'un but et de plusieurs actions dangereuses depuis le début du tournoi.

Animation défensive: La tradition est respectée avec un catenaccio inviolable ou presque. La défense italienne est la meilleure du tournoi (un seul but encaissé, et encore marqué contre son camp, contre les Etats-Unis). La défense, les Italiens savent faire et tout le monde met la main à la pâte, du très combatif Camoranesi à Perrotta en passant aussi par Pirlo, Totti et Toni.

Buffon peut battre le record d'invincibilité d'un gardien en Mondial mais ce sont surtout le capitaine et défenseur Fabio Cannavaro, souverain depuis le début du tournoi, et le milieu de terrain défensif Gennaro Gattuso qui ont crevé l'écran. Si les deux sont dans un bon jour dimanche, on ne verra pas beaucoup de buts... Le point faible est sans doute Marco Materazzi. Remplaçant de Nesta, il est très bon de la tête mais n'a pas l'agilité ni la régularité à haut niveau du Milanais. Il commet également beaucoup de fautes.

Banc: C'est un des points forts de l'Italie au niveau offensif. Del Piero, Iaquinta, Gilardino et Inzaghi pourraient sans doute jouer titulaires ailleurs dans le monde mais commencent les rencontres en survêtement. Ils sont susceptibles d'entrer à tout moment, si la tournure des événements n'est pas du goût de Lippi. Contre l'Allemagne, les trois premiers ont même joué ensemble avec Iaquinta sur la gauche, Gilardino dans l'axe et Del Piero en électron libre, pour décider de la rencontre dans les dernières minutes. Au niveau défensif en revanche, Lippi n'a pas trop le choix des armes. En cas de blessure, le niveau baisse.

Sélectionneur: Joueur médiocre, Marcello Lippi est devenu mondialement célèbre en tant qu'entraîneur. Il a tout gagné en clubs, de la Coupe Intercontinentale à la Ligue des champions, en passant par 5 championnats italiens ou la Coupe nationale. Maître tacticien, adepte d'un jeu défensif rigoureux pour jouer en contres, Lippi n'est pas homme à prendre des risques. Très calme, il est très respecté et écouté des joueurs dont beaucoup l'ont connu en club. Arrivé à la tête de la squadra en 2004 après l'échec de Trapattoni au Portugal, il a reconstruit une équipe qui a confiance en ses capacités et atteint la finale d'un grand rendez-vous pour la première fois depuis 1994.

Les duels: Gattuso/Zidane: C'est sans doute "le" duel du match et la clé de la rencontre. Zizou a signé trois beaux matches en 8e, quarts et demi-finales et veut sortir par la grande porte pour le dernier de sa carrière face au pays qui l'a vu prendre son envol international.
Contre le Brésil, Zidane avait su se positionner différemment sur le terrain pour échapper à Gilberto Silva. Intelligent, surdoué, il a évidemment les moyens de briller, quel que soit l'adversaire. En 1998, en finale, est-il nécessaire de le rappeler, il avait signé un doublé. "On ne stoppe pas Zidane", affirme modestement Gattuso, qui bénéficie toutefois de la confiance de ses partenaires pour museler la star française. A l'inverse de Zidane, Gattuso est un travailleur qui ne lâche jamais sa proie. Véritable chien de garde, c'est un milieu défensif hors du commun.

Totti/Vieira: Auteur d'un tournoi exceptionnel après une saison en demi-teinte, Vieira aura à contenir un Francesco Totti qui n'a pas eu le rayonnement attendu pendant le tournoi. Mais, comme à toute star de ce calibre, un éclair peut suffire au Romain pour faire basculer une rencontre. Remplaçant entré en jeu une vingtaine de minutes en finale du Mondial 1998, Vieira ne pourra se déconcentrer un seul instant.

Henry/Cannavaro: en Ligue des champions, le duel a tourné cette saison à l'avantage du +Gunner+, buteur en quart de finale aller contre la Juventus Turin (2-0) dans un match largement dominé par Arsenal (retour: 0-0). Bis repetita dimanche à Berlin? Les Bleus l'espèrent, comptant sur la vitesse de leur attaquant de pointe (3 buts au Mondial) pour "bouger" l'arrière-garde "azzurra", intraitable malgré l'absence d'Alessandro Nesta. Reste que même s'il se débarrasse de Cannavaro, Henry devra encore battre Buffon, un gardien italien qui n'est pas allé chercher le ballon au fond de ses filets depuis 453 minutes.
Après Le Match
Déjà Joués
Italie - France
Allemagne - Portugal
France - Portugal
Allemagne - Italie
France - Brésil
Angleterre - Portugal
Italie - Ukraine
Allemagne - Argentine
Espagne - France
Brésil - Ghana
Suisse - Ukraine
Italie - Australie
Portugal - Pays-Bas
Angleterre - Equateur
Argentine - Mexique
Allemagne - Suède
Togo - France
Suisse - Rép. de Corée
Ukraine - Tunisie
Arabie Saoud. - Espagne
Japon - Brésil
Croatie - Australie
Rép. tchèque - Italie
Ghana - Etats-Unis
Pays-Bas - Argentine
Côte-d'Ivoire - Serbie & Mnt.
Portugal - Mexique
Iran - Angola
Suède - Angleterre
Paraguay - Trinidad & T.
Equateur - Allemagne
Costa Rica - Pologne
Espagne - Tunisie
Arabie Saoud. - Ukraine
Togo - Suisse
France - Rép. de Corée
Brésil - Australie
Japon - Croatie
Italie - Etats-Unis
Rép. tchèque - Ghana
Portugal - Iran
Mexique - Angola
Pays-Bas - Côte-d'Ivoire
Argentine - Serbie & Mnt.
Suède - Paraguay
Angleterre - Trinidad & T.
Equateur - Costa Rica
Allemagne - Pologne
Tunisie - Arabie Saoud.
Espagne - Ukraine
Brésil - Croatie
France - Suisse
Rép. de Corée - Togo
Italie - Ghana
Etats-Unis - Rép. tchèque
Australie - Japon
Angola - Portugal
Mexique - Iran
Serbie & Mnt. - Pays-Bas
Argentine - Côte-d'Ivoire
Trinidad & T. - Suède
Angleterre - Paraguay
Pologne - Equateur
Allemagne - Costa Rica
Dans nos dossiers
Allemagne Angleterre Angola Arabie Saoudite Argentine Australie Brésil Costa Rica Croatie Côte d'Ivoire Equateur Espagne Etats-Unis France Ghana Iran
Italie Japon Mexique Paraguay Pays-Bas Pologne Portugal République de Corée République Tchèque Serbie et Monténégro Suisse Suède Togo Trinidad et Tobago Tunisie Ukraine
© 2006 SAIPM - DHNet.be - Contactez-nous : dhnet@saipm.com
Crédits photos : Photo News, EPA, Belga, DH, AP
Ce site est protégé par le droit d'auteurs Ce site est protégé
par le droit d'auteurs