AccueilLe tournoiStatistiquesNos dossiersGaleries photosPodcastForumBlogs  
Mondial 2006 Le tournoi Historique
2002
Nouveau millénaire, nouvelle ère ?

"La Coupe du Monde, c'est un tournoi de football et au bout c'est l'Allemagne qui gagne". Cette boutade bien connue parmi les amateurs de ballon rond est à peine exagérée. En effet, seule une poignée de pays se sont arrogés le privilège de gagner la plus prestigieuse des compétitions sportives. Lisez plutôt: avant 2002, quatre fois le Brésil, trois fois l'Allemagne, trois fois l'Italie, deux fois l'Argentine, deux fois l'Uruguay, une fois l'Angleterre. Une petite brise fraîche avait soufflé en 1998 avec la victoire de la France. Un nouveau membre rentrait enfin (ce n'était plus arrivé depuis 20 ans et la premier succès de l'Argentine) dans le club pour former un désormais G7 des grandes puissances mondiales du foot.


Depuis deux ou trois Coupes du Monde, on avait systématiquement droit à la même rengaine en préambule du tournoi: il n'y a plus de petites équipes, attention à l'émergence des pays africains et asiatiques, etc. Mais au bout du compte, une fois actionnée la centrifugeuse des poules du premier tour, il ne restait plus dans le panier que les Européens, les Latinos et parfois un miraculé, souvent Roger Milla et ses coéquipiers camerounais. Pour que les choses changent (mais aussi pour cause de marketing), il avait été décidé d'augmenter la proportion d'équipes africaines et asiatiques lors de la dernière édition en France. On compterait désormais 5 équipes africaines et trois équipes d'Asie. Rien n'y fit: pas une ne franchit le premier tour... Il aura fallu attendre que la Coupe du Monde quitte enfin les continents américain et européen pour que l'ordre mondial soit enfin quelque peu bousculé en ce début de millénaire.


Même si ce n'était pas une première (souvenez-vous de la victoire de la Belgique contre l'Argentine au mundial en 1982), la championne du monde en titre, la France était battue par le Sénégal lors du match d'ouverture. Le ton était donné.


Les huitièmes de finale offraient un plateau inédit avec des équipes comme le Japon, la Corée du Sud, les Etats-Unis, le Sénégal ou encore la Turquie. À côté d'eux, on retrouvait les habitués à l'exception notable de l'Argentine qui, comme ce sera encore le cas lors de l'édition 2006, était tombée au premier tour dans le groupe de la mort avec l'Angleterre, la Suède et le Nigéria. Les deux Européens avaient terminé en tête du groupe. Plusieurs invités surprises des huitièmes n'allaient pas s'arrêter là: le Sénégal éliminait la Suède, les Etats-Unis battaient leurs voisins mexicains (2-1), la Turquie se qualifiait aux dépens des Japonais. Surtout, la Corée du Sud, entraînée par le Hollandais Guus Hiddink, sortait les Italiens suite au but en or. Un véritable séisme dans le tournoi. Notons que ce n'était pas la première fois que la Squadra Azzurra subissait une telle gifle: en 1966, c'étaient les Coréens... du Nord cette fois qui l'avaient battue au premier tour. La Corée du Sud pratiquait sans doute le plus beau football du tournoi, un jeu où se mêlait technique, vitesse et surtout enthousiasme et volonté.


Cette Coupe du Monde n'était pas comme les autres. Si le mouvement se confirme en Allemagne et, en 2010, en Afrique du Sud, elle sera sans doute considérée comme la Coupe du Monde charnière, l'édition qui a rendu compte d'une amorce de changement dans la hiérarchie mondiale. Comparez plutôt la répartition entre les continents des quarts de finale des dernières éditions.
- En 1990: Afrique-1, Europe-6, AmSud-1
- En 1994: Europe-7, AmSud-1
- En 1998: Europe-6, AmSud-2
- En 2002: Afrique-1, AmSud-1, AmNord-1, Asie-1, Europe-4 et la Turquie, croisement entre Asie et Europe.
La Corée du Sud poursuivait sa campagne méditerranéenne en éliminant l'Espagne (habituée à sortir à ce stade de la compétition...). La Turquie mettait fin à la belle épopée des Sénégalais. Quant à l'aventure américaine, la Mannschaft y mettait également un point final.


Les demi-finales sifflèrent la fin de la récréation. Deux des trois équipes les plus séduisantes du tournoi, la Corée du Sud et la Turquie, quittaient le tournoi aux portes de la finale, sorties respectivement par l'Allemagne et le Brésil. Paradoxalement, si cette Coupe du Monde était celle de l'émergence de nouvelles nations du football, elle ne pousserait pas la révolution jusqu'au bout, accouchant même d'une finale qui constitue le paroxysme du classicisme.


Brésil-Allemagne. Sept Coupes du Monde (auxquelles il faut ajouter toutes les finales perdues par ces deux équipes) dans un seul match. Sans surprise, c'est le Brésil qui s'imposait facilement contre une Allemagne arrivée chanceusement et sans séduire jusqu'au stade ultime. Ronaldo marquait les deux buts et terminait meilleur buteur de la compétition avec huit buts.


Chez nous, un peu d'amertume traîna au fond des coeurs jusqu'à la fin de cette magnifique fête du foot. Nos Diables Rouges furent peut-être ceux qui malmenèrent le plus les Brésiliens. C'était en huitième de finale et toute la Belgique s'était mise à rêver lorsque Wilmots avait marqué de la tête. Son but fut annulé pour une faute que tous les magnétoscopes cherchent encore aujourd'hui. Le Brésil finit par gagner 2-0 et poursuivit sa marche triomphale jusqu'à soulever un cinquième trophée...

Fiche technique
Finale
Allemagne 0-2 Brésil à Yokohama (Japon)
Arbitre: Collina Pierluigi (Italie)
Historique
2002
1998
1994
1990
1986
1982
1978
1974
1970
1966
1962
1958
1954
1950
1938
1934
1930
Les stades
Berlin
Cologne
Dortmund
Francfort
Gelsenkirchen
Hambourg
Hanovre
Kaiserslautern
Leipzig
Munich
Nuremberg
Stuttgart
Allemagne Angleterre Angola Arabie Saoudite Argentine Australie Brésil Costa Rica Croatie Côte d'Ivoire Equateur Espagne Etats-Unis France Ghana Iran
Italie Japon Mexique Paraguay Pays-Bas Pologne Portugal République de Corée République Tchèque Serbie et Monténégro Suisse Suède Togo Trinidad et Tobago Tunisie Ukraine
© 2006 SAIPM - DHNet.be - Contactez-nous : dhnet@saipm.com
Crédits photos : Photo News, EPA, Belga, DH, AP
Ce site est protégé par le droit d'auteurs Ce site est protégé
par le droit d'auteurs