AccueilLe tournoiStatistiquesNos dossiersGaleries photosPodcastForumBlogs  
Mondial 2006 Nos dossiers
Les analyses
L'Angleterre s'ouvre au monde mais oublie ses bases ! (analyse) (20/06/2006)
Analyse

Les Anglais ont inventé un jeu merveilleux ! Aujourd'hui ils tentent de lui donner une nouvelle dimension technique et tactique. Ils connaissent depuis longtemps l'aspect physique du jeu. Leurs futurs affrontements dans cette compétition vaudront certainement la peine d'être vécus.
Sven-Goran Eriksson est le premier coach étranger dans l'histoire de cette sélection et cette ouverture laissera des traces positives. Quel enthousiasme dans le jeu et quel esprit conquérant !

Arsenal l'a compris il y a plus de 10 ans maintenant avec l'apport impérial d'Arsène Wenger. Aujourd'hui c'est Chelsea, avec Jose Mourinho, qui se félicite de l'arrivée d'un entraîneur étranger aux idées novatrices.

Mais l'adversaire du jour est une équipe coriace et la véritable bête noire de l'équipe à la rose. Les Suédois sont invaincus face aux Anglais depuis 1968. Pour cette rencontre la Suède se passe d'Ibrahimovic, blessé et de Wilhelmsson qui cède sa place, flanc droit, à Mattias Jonson. Un flanc droit suédois qui se trouve en souffrance toute la première période. Michael Owen se retire après moins de deux minutes de jeu sur blessure et son équipe est sous le choc. Mais cette première période est extraordinaire d'intensité. Quelle générosité dans l'effort !

Tous les bons coups sont permis et l'Angleterre porte la blessure d'Owen au coeur. Elle attaque côté gauche, elle provoque, côté gauche. Joe Cole se sublime et sa frappe victorieuse ouvre un nouvel hymne. Une pure merveille !

Owen quitte le stade sur civière et Rooney est aux petits soins pour les défenseurs adverses. Il passe en puissance et en technique aussi. Mais il revient de blessure et n'a qu'une heure dans les jambes. Beckham est à droite et reçoit peu de ballons mais il distille à chaque fois avec précision.

Les Anglais mènent au repos et prennent des nouvelles d'Owen. Son Mondial est sans doute terminé.

Mais tout un pays se sent pousser des ailes et oublie dans le même temps les bases de son football. En seconde période, l'engagement anglais faiblit. Les duels sont perdus et les phases arrêtées représentent un véritable cauchemar. Un comble !

Les Suédois haussent le ton et l'égalisation signée Allback est superbe et méritée. Deux entraîneurs suédois sur chaque banc pour un spectacle total sur la pelouse.
Les supporters anglais réagissent et reprennent en choeur un nouvel hymne. Steven Gerrard, sur le terrain depuis 16 minutes à peine, est au diapason et place sa voix de tête.

Les Anglais reprennent l'avantage mais pour 5 petites minutes seulement... Une autre phase arrêtée.

L'Angleterre remporte largement la première période, les Suédois la seconde... C'est un beau partage ! L'équipe d'Eriksson a perdu Owen, celle de Lagerbäck a encore gagné en confiance.

De notre consultant

Bruno Taverne

Dans ce dossier
Allemagne Angleterre Angola Arabie Saoudite Argentine Australie Brésil Costa Rica Croatie Côte d'Ivoire Equateur Espagne Etats-Unis France Ghana Iran
Italie Japon Mexique Paraguay Pays-Bas Pologne Portugal République de Corée République Tchèque Serbie et Monténégro Suisse Suède Togo Trinidad et Tobago Tunisie Ukraine
© 2006 SAIPM - DHNet.be - Contactez-nous : dhnet@saipm.com
Crédits photos : Photo News, EPA, Belga, DH, AP
Ce site est protégé par le droit d'auteurs Ce site est protégé
par le droit d'auteurs