AccueilLe tournoiStatistiquesNos dossiersGaleries photosPodcastForumBlogs  
Mondial 2006 Nos dossiers
Les analyses
L'Allemagne et le geste qui libère ! (analyse) (24/06/2006)
ANALYSE

En préparant son tournoi, Jürgen Klinsmann a d'abord dit non à beaucoup de choses. Changement d'entraîneur des gardiens, mise à l'écart d'Oliver Kahn et sélection fort critiquée par les "spécialistes". Son discours a d'emblée été très clair également :"l'Allemagne est une grande nation du football et à ce titre notre place est au moins en demi-finale. Le contraire serait un échec !"
La réussite commence dès la mise en place !
C'est la première grande différence entre les deux entraîneurs qui se retrouvent en huitième de finale. Klinsmann connaît son meilleur onze de base depuis la première rencontre. Face au Costa Rica il a simplement ménagé Ballack qu'il n'estimait pas prêt à 100 pc.

En face, côté suédois, deux joueurs sont parvenus à prendre le bon wagon en cours de compétition. Mattias Jonson et Kim Källström n'étaient pas titulaires face à Trinité-et-Tobago, ils relèguent Wilhelmsson et Anders Svensson sur le banc. Montés en cours de route dans le tournoi, ils ne sont cependant pas parvenus à inquiéter un adversaire en état de grâce.

Face au diesel suédois, la machine allemande déroule dès le coup d'envoi. La Mannschaft place un troisième ballon au fond des filets adverses après moins de 6 minutes de jeu. Cette équipe est libre de ses mouvements. Elle joue sans peur et ne connaît aucun stress !

Chaque contact de Michael Ballack avec la balle apporte la lumière. Klose est dans la passe et le mouvement et Podolski a les gestes qui libèrent.
Tout est utile dans ce jeu et tout est utilisé !
Chaque frappe lointaine à un sens et les buts parlent d'intelligence. C'est une exhibition !

L'Allemagne joue sans se lasser et ne laisse pas jouer. Une fois dans le rectangle adverse, elle se joue du marquage appliqué... Avec finesse, lucidité et sens de la finition...
Les joueurs attaquent à sept et défendent à onze. Même debout et sans bouger, Lehmann fait peur à un buteur comme Larsson.
Ce sont déjà les champions de toute l'Allemagne !
Il n'y a aucune prétention dans leur jeu et comme la réalité du terrain est belle.
Et tout cela à onze contre onze... Et bien avant que l'arbitrage ne s'en mêle...

De notre consultant

Bruno Taverne

Dans ce dossier
Allemagne Angleterre Angola Arabie Saoudite Argentine Australie Brésil Costa Rica Croatie Côte d'Ivoire Equateur Espagne Etats-Unis France Ghana Iran
Italie Japon Mexique Paraguay Pays-Bas Pologne Portugal République de Corée République Tchèque Serbie et Monténégro Suisse Suède Togo Trinidad et Tobago Tunisie Ukraine
© 2006 SAIPM - DHNet.be - Contactez-nous : dhnet@saipm.com
Crédits photos : Photo News, EPA, Belga, DH, AP
Ce site est protégé par le droit d'auteurs Ce site est protégé
par le droit d'auteurs